Communiqués de presse


PMA : Un rapport de plus, toujours plus transgressif

publié le 24 janv. 2019 à 13:34 par Contact AFC

La mission d'information parlementaire sur la révision de la loi de bioéthique a adopté son rapport le 15 janvier. Elle préconise notamment l'extension de la PMA et son remboursement par la Sécurité Sociale ! Elle va même encore plus loin, préconisant aussi l'autorisation de la PMA post-mortem, la conservation des ovocytes ou la création d'embryons transgéniques par exemple.

Sans surprise malheureusement, un rapport de plus dans la longue liste des rapports déjà rendus. Toujours plus transgressif et déstabilisateur des repères familiaux, des fondements de la bioéthique, du rôle de la médecine et des principes de la solidarité nationale, tels que définis au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Depuis le lancement de la révision de la loi de bioéthique, les AFC alertent sur les risques inconsidérés que feraient courir ces évolutions à la société tout entière, pour satisfaire d'infimes minorités agissantes  des tenants  d'un prétendu progrès sans fraternité, l'air du temps, voire des intérêts financiers particuliers…

Le député Jean-Louis Touraine, rapporteur, se réjouit d'une proposition de "modification de la loi la plus importante depuis le début de la bioéthique dans notre pays". Grisé par l'ampleur des bouleversements qu'il préconise, il ne consent aucun effort pour assurer aux personnes une place centrale dans notre société, et accepte au contraire de les réduire encore davantage à de simples maillons de la chaîne de production et de consommation de la procréatique industrielle internationale, qui démontre une fois encore sa toute puissance face aux décideurs politiques.
Dans ce contexte, la notion même de bioéthique a-t-elle encore un sens ?!

Si les AFC s'opposent vigoureusement aux conclusions de ce rapport, elles dénoncent aussi une connivence des institutions officielles qui, si elles laissent s'exprimer des avis plus nuancés ou divergents, n'en tiennent aucun compte, et mettent à nouveau en question la valeur des débats et des consultations dans notre pays.

Au moment de la grave crise sociale que nous traversons, les AFC sont convaincues qu'il est dangereux de déchirer davantage la société française, déjà tellement fragilisée Les AFC continueront de s'opposer à ces transgressions et appelleront  à faire front contre de telles dérives .

* Les AFC ont été auditionnées à l'Assemblée Nationale le 2 octobre 2018 par la mission d'information sur la révision de la loi relative à la bioéthique : http://www.afc-france.org/societe/questions-de-societe/bioethique/3252-audition-des-afc-a-l-assemblee-nationale-le-2-octobre-

Les AFC s'engagent dans le grand débat

publié le 24 janv. 2019 à 13:33 par Contact AFC

La Lettre aux Français du Président de la République, diffusée dimanche 13 janvier, précise un peu mieux les contours du grand débat. Les AFC partagent l’urgence de travailler les 4 thèmes retenus par le Président : fiscalité et dépenses publiques, organisation de l’État, transition écologique, démocratie et citoyenneté.

Les AFC notent cependant, qu’une fois de plus, le renforcement des liens familiaux qui résoudrait pourtant de nombreux maux de notre société, n’est pas évoqué. Le pouvoir exécutif semble n’avoir aucune considération pour la famille, ni aucune volonté de soutenir une politique familiale forte, alors même que les chiffres éloquents publiés hier par l’INSEE continuent d’alarmer sur notre situation démographique.

Les AFC redisent leur conviction que les familles sont le ciment de notre société. En ignorant la famille dans les politiques publiques, c’est le premier lieu d’apprentissage de la sociabilité, du « vivre ensemble », qu’on affaiblit. En réduisant les personnes à un rôle d’individus producteurs et consommateurs, on passe à côté de la solidarité, de la gratuité, du souci de l’autre qu’on apprend en famille et qui humanise la société tout entière.

Les AFC participeront à ce grand débat. En tant que corps intermédiaires, par la voix de leurs 300 associations locales en Métropole et Outre-Mer. Mais aussi par la voix de leurs 30 000 familles adhérentes. Elles y rediront, avec force, la nécessité d’une politique familiale ambitieuse, pour soutenir les familles et leur témoigner la reconnaissance de la Nation. Elles rediront qu’une famille stable est le meilleur remède au mal-être, et un puissant facteur d’espérance.

 Elles rediront que quand la famille va bien, la France se porte mieux !

* Les AFC sont signataires de l’Appel pour un nouveau catholicisme social : http://www.lavie.fr/debats/idees/appel-pour-un-nouveau-catholicisme-social-09-01-2019-95634_679.php

Gilets jaunes : sortir de la violence

publié le 17 déc. 2018 à 05:32 par Contact AFC

L’actualité du mouvement des Gilets Jaunes vient nous rappeler avec gravité l’importance de l’écoute et du dialogue entre les différents acteurs de la société.

Comme en famille, l’incompréhension génère souvent la frustration de tous.

Plutôt que de donner une analyse des réalités à l’origine de ces incompréhensions, les AFC préfèrent rappeler avec force que l’écoute effective et mutuelle demeure un préalable à la paix sociale dont l’État est le garant mais à laquelle chacun doit aussi apporter sa contribution.

En effet, seul un constat exigeant et partagé de la réalité que vit la France et chaque Français, seule une description fidèle et explicite pour tous des origines profondes de cette réalité sont à même de susciter des politiques justes et adaptées.

En conséquence, les AFC invitent avec insistance chacun à prendre sa part de responsabilité vis-à-vis de l’autre et de notre communauté nationale. Il ne s’agit pas simplement de sortir d’une crise mais de faire face ensemble aux défis bien réels et profonds qui se dressent devant nous, et à contenir toute violence que rien ne saurait justifier.

Nous vous invitons tout particulièrement à lire l'appel de nos évêques du 11 décembre 2018 : Appel aux catholiques de France et à nos concitoyens afin de prolonger la réflexion en vue du bien commun.

"Chrétiens et bioéthique : porter nos convictions"

publié le 17 déc. 2018 à 05:25 par Contact AFC

A l’initiative de la Confédération nationale des AFC, une grande soirée de réflexion a été organisée le vendredi 16 novembre dernier à Paris pour mieux saisir notre place en tant que chrétiens dans les débats de bioéthique.

video conference bioethique 112018

Voir ou revoir la vidéo sur Youtube

Le père Laurent Stalla-Bourdillon, ancien aumônier des parlementaires et récemment nommé directeur du Service diocésain pour les Professionnels de l’Information (SPI) à Paris, et Jean-Louis Bavoux, diacre, médecin et délégué de l’archevêque de Paris auprès des établissements hospitaliers catholiques, y ont apporté leur éclairage sur la manière de s’engager et d’appréhender notre monde et les débats actuels.

Le Père Stalla-Bourdillon a ouvert la conférence en rappelant qu’aujourd’hui, il est convenu que l'homme abîme l'environnement et que cela inquiète. Mais qu’on dit – malheureusement – beaucoup moins que l'homme blesse l'homme et l'abîme. L'homme est sorti de l'univers qui l’habite : le cosmos. Cela a provoqué une crise écologique et une crise anthropologique. Le fil des échanges a ensuite mis en lumière que la responsabilité des chrétiens aujourd'hui est de montrer là où il y a de l'humain. Face au découragement qui peut guetter et à la tentation du « à quoi bon », les intervenants ont rappelé que ce qui a été semé dans les débats n'est pas perdu. Il ne faut donc pas céder au défaitisme. Notre mission de chrétien est de ne pas perdre le fil à notre monde tel qu'il est. Comment porter nos convictions ? En étant là où nous sommes, non pas en étant des moralisateurs, mais en aidant, les jeunes notamment, à vivre leur idéal, avec exigence. Notre temps est un temps béni, où nous devrions entrer en dialogue sans compromis mais avec bienveillance avec le monde dans lequel on est. Nous sommes appelés, en tant que chrétiens, à vivre pas toujours comme le monde, mais au milieu du monde. Il faut toujours poser un regard bienveillant sur le monde. Il faut désirer aller à la rencontre de l'autre. On peut se rebeller, lever les poings, mais on peut, on doit envisager une troisième voie : l'espérance chrétienne. Il s’agit de voir les autres et nous-mêmes en chemin. Comment agir ? « Si tu ne parles pas, les pierres crieront ». Il faut tisser des liens de confiance, être dans la société. Rester sans cautionner, mais rester.

Audition des AFC à l'Assemblée Nationale

publié le 2 nov. 2018 à 12:05 par Contact AFC

Les AFC ont été auditionnées à l’Assemblée Nationale le 2 octobre 2018 par la mission d'information sur la révision de la loi relative à la bioéthique.

Bertrand Lionel-Marie, responsable du secteur bioéthique de la Confédération nationale, a été interrogé durant près de 3 heures, avec d’autres représentants d’associations familiales, par des députés parfois très militants.

Le patient travail des AFC auprès des parlementaires continue résolument, à l’Assemblée, au Sénat comme en circonscription, avant le débat parlementaire prévu en janvier 2019 qui s’annonce d’ores et déjà rude. Les AFC sauront continuer à y manifester leurs convictions.

N'hésitez pas vous-mêmes à contacter votre député à ce sujet !

Voir la vidéo des auditions sur le site de l'Assemblée Nationale

PMA : le CCNE au mépris du réel

publié le 25 sept. 2018 à 09:38 par Contact AFC

Le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) a rendu aujourd’hui un avis favorable à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pour les couples de femmes et les femmes seules.

Les AFC déplorent cette prise de position puisque dans son avis de juin 2017, le CCNE faisait pourtant état d’un important dissensus au sein de ses membres d’une part, et pointait de graves « points de butée » et problèmes éthiques d’autre part. Or, depuis, les Etats Généraux de Bioéthique ont montré une opposition massive et argumentée à l’évolution de la loi. Le CCNE semble ne pas en tenir compte. Plus encore, le CCNE se prononce désormais en faveur de l'élargissement de la conservation des ovocytes et de la PMA « post mortem » !


Les AFC estiment dangereux de répondre aux pressions de lobbies qui militent pour un « droit à l’enfant ». Des techniques médicales destinées à soigner des pathologies se trouveraient ainsi utilisées pour créer artificiellement une fertilité de convenance.


« La réalité du désir d'enfant » soulignée par l’avis du CCNE ne saurait être résolue par des pratiques qui nient les besoins de l’enfant.

Si la filiation venait à s’affranchir des repères naturels et de la vraisemblance biologique qu’ils confèrent à la PMA pour les couples homme-femme, alors elle reposerait sur le seul désir exprimé dans le « projet parental », mouvant par nature, et aux multiples expressions possibles.


De plus, l’avis évoque la possibilité de rembourser la PMA dans ces cas. Alors que le financement de la Sécurité Sociale fait déjà peser un lourd tribut sur les Français et que son équilibre demeure très fragile, ce remboursement apparaîtrait scandaleux et injuste, quand on sait par ailleurs que la tendance va au déremboursement de soins et de médicaments parfois élémentaires.


Les AFC n’admettent pas non plus les conséquences d’une éventuelle  généralisation de la PMA. Au nom de la même justice sociale, celle-ci déboucherait inévitablement sur l’autorisation de la GPA, négation de la dignité de la femme, de la maternité et du droit des enfants à connaître leur père et leur mère.


La révision des lois de bioéthique a été précédée cette année par des États Généraux d'une ampleur inédite.


Ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, c'est priver délibérément un enfant de connaitre son ascendance paternelle, alors même que de plus en plus de professionnels de l'enfance (pédopsychiatres, services d'adoption...) soulignent l'importance de la place du père et de l'accès aux origines dans la construction de l'enfant.


Les AFC appellent le Président de la République à ne pas  rouvrir des débats de société qui ont contribué à des divisions profondes dont notre pays garde encore la trace, à l'heure où toutes les énergies doivent être mobilisées vers la réconciliation, l'amélioration du sort des plus défavorisés et l'intérêt général.

Chantiers Education : donner confiance aux parents

publié le 25 sept. 2018 à 02:11 par Contact AFC

Depuis plus de 25 ans, les Chantiers-Éducation, créés au sein des AFC, soutiennent les parents dans leur mission de premiers et de principaux éducateurs de leurs enfants.


Ouverts à tous, les " Chantiers " sont un temps d'écoute, d'échange et de partage sur les questions éducatives.


En équipe de 6 à 10, les parents se rencontrent une fois par mois pendant l'année scolaire. Les sujets sont variés : les rivalités frères-sœurs, l'articulation vie familiale-vie professionnelle, les écrans, les peurs de nos enfants, la confiance en soi, l'autonomie… Les participants y enrichissent leurs expériences quotidiennes d'éducation et développent leurs compétences à rechercher le Bien pour chaque enfant.


Aujourd'hui, plus de 600 Chantiers-Éducation font leur rentrée en France et à l'étranger. Des Chantiers-Education spécifiques se développent autour du handicap, de la précocité, ou en partenariat avec d'autres associations ou des mairies. Des Chantiers-Éducation de grands-parents se multiplient.


Rejoindre un Chantier-Education est pour les parents un tremplin pour élargir ses manières d'être et de faire pour éduquer ses enfants.

Des Chantiers Education existent à Melun : pour les rejoindre, ou pour avoir plus d'informations, écrivez-nous à contact@afc-melun.org

Bioéthique / Livre : Quel monde voulons nous pour demain ?

publié le 25 sept. 2018 à 02:06 par Contact AFC   [ mis à jour : 25 sept. 2018 à 02:07 ]

Le livre pour comprendre les questions bioéthiques
La révision des lois de bioéthique a été précédée cette année par des États Généraux d’une ampleur inédite.
Cette large consultation du Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) voulait offrir une vitrine aux avis exprimés tant par les citoyens que par les corps intermédiaires et les sociétés savantes, afin d’éclairer les parlementaires qui auront à se prononcer sur les propositions législatives relatives à ces sujets fondamentaux. Les thèmes abordés lors de ces États Généraux résultaient soit des progrès de la science, soit de revendications nouvelles de la société.

Les Associations Familiales Catholiques (AFC) se sont résolument concentrées sur cette dernière catégorie, et tout particulièrement les revendications portant sur la procréation et la fin de vie, dans la mesure où elles touchent intimement et affectent l’essence même de l’Homme et la nature de ce qui se vit en famille. La famille étant la cellule de base de la société, ces deux évolutions constituent bien plus que des choix ou des libertés individuelles et concernent la société tout entière.
Les AFC fondent leur expertise et leur enseignement sur la vie et l’expérience des familles elles-mêmes, pour donner chair à l'anthropologie universelle.

Cet ouvrage, qui rassemble les fiches et les documents rédigés par l’équipe bioéthique de la Confédération Nationale des AFC, offre un outil clair, concret et pédagogique sur des sujets dont les enjeux sont souvent plus complexes que ne le laissent parfois entendre les médias. Il permettra à chacun de se les approprier pour pouvoir les comprendre, se forger sa propre conviction et savoir en parler.

Disponible en librairie : Quel monde voulons-nous pour demain ? 10 fiches de bioéthique pour comprendre les techniques possibles et leurs enjeux humains, Pierre Téqui éditeur, 5,90 euros.
couv livre QuelMondeVoulonsNousPourDemain

Réforme des retraites : les AFC attentives aux droits des familles

publié le 28 juin 2018 à 09:06 par Contact AFC

Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye, ancien président de CESE, vient de lancer une grande consultation citoyenne en vue d’une réforme des retraites en 2019.

Chaque citoyen est invité à donner son avis en ligne sur les constats et les propositions identifiés par le Haut-Commissaire, et à proposer de nouvelles pistes de réflexion ou des solutions sur 11 thèmes : Comment améliorer l’acquisition de droits pour les plus jeunes ? Quelle solidarité pour les plus faibles revenus ? Comment donner plus de liberté dans les conditions de départ à la retraite ?...

Si les AFC ne contestent pas la nécessité d’une réforme globale de notre système de retraite, elles soulignent que celle-ci ne saurait s’effectuer au détriment des familles.

C’est ainsi que doivent être préservées la majoration de la durée d’assurance retraite de deux ans par enfant élevé dont bénéficient les mères de famille, la majoration de 10 % de la pension de retraite dont bénéficient les retraités ayant élevé au moins trois enfants, l’assurance-vieillesse du parent au foyer.

La réversion de la pension de retraite du conjoint décédé sur le conjoint survivant doit être maintenue. Notamment toute réforme soumettant celle-ci à des conditions de ressources très faibles du conjoint survivant aboutirait, dans les faits, à sa suppression.

Cette réversion permet de réduire l’écart des retraites entre hommes et femmes puisqu’elle bénéfice à 87 % aux femmes et même, pour certaines, constitue  la seule retraite. Surtout, elle met en oeuvre un  mécanisme de solidarité conjugale bienvenu, au moment où se développe dangereusement  une vision très individualisée de la protection sociale.

Ce sont en effet les familles, particulièrement les familles chargées de nombreux enfants, qui contribuent à l’équilibre de notre régime de retraite. Les AFC seront extrêmement vigilantes à ne pas les sacrifier une nouvelle fois, tant économiquement que dans la reconnaissance que doit lui porter la société.

Etats Généraux et Comité d'Ethique : une opposition massive passée sous silence

publié le 28 juin 2018 à 09:02 par Contact AFC

Le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) a rendu le 5 juin son rapport de synthèse de la phase de consultation citoyenne des États généraux de la bioéthique.

Sur le site internet des États généraux comme lors des réunions publiques, les adhérents des AFC se sont pleinement investis depuis 7 mois pour donner des avis convaincus, cohérents et documentés. 
 Les AFC se sont attachées à soigner la qualité de leurs interventions pour conjuguer sérieux, rationalité et respect d’éventuels avis différents : les AFC sont convaincues qu’il est  possible d’être militant et citoyen !
 
Les AFC sont satisfaites que le rapport recense de manière exhaustive les différents arguments avancés. 
 
Les AFC regrettent cependant vivement que l’analyse quantitative ait été esquivée, alors même que les avis recueillis expriment clairement une opposition massive - des « points de tension » selon le Comité d’Éthique - aux évolutions sur les thèmes issus de demandes sociétales : la procréation et la fin de vie.
 
Les AFC invitent le Gouvernement et les parlementaires à la plus grande prudence sur ces sujets propres à diviser une nouvelle fois le pays, à l’heure où toutes les énergies doivent être mobilisées vers la création de lien et le renforcement du sentiment d’appartenance à notre nation.
 
Les AFC se montreront très attentives à l’avis du Comité d’Éthique en septembre et poursuivront avec détermination leurs actions. 
En matière de formation d’une part, pour permettre au plus grand nombre de mieux s’approprier ces sujets complexes qui touchent à la vie de chaque citoyen. 
En matière d’information d’autre part, en particulier des parlementaires, pour qu’ils aient gravement conscience des enjeux pour les citoyens de leur vote le moment venu.

1-10 of 126