Communiqués de presse


Enseignement : respecter la liberté des familles

publié le par Contact AFC

Hier, mercredi 21 février, une proposition de loi a été examinée au Sénat, visant à "simplifier et mieux encadrer le régime d'ouverture des établissements privés hors contrat", précise son initiatrice la sénatrice UDI Françoise Gatel.

Un peu plus d'un an après la censure par le Conseil Constitutionnel de l'article 14 de la loi Égalité et Citoyenneté, portée par Najat Vallaud-Belkacem et ayant pour objectif de durcir le régime d'ouverture de ces écoles, une soixantaine de sénateurs se saisissent à nouveau de ce sujet.

Cette proposition de loi, si elle ne prévoit pas cette fois d'autorisation préalable, cherche à prévenir d'éventuelles dérives, notamment de radicalisation religieuse ou philosophique.

Les AFC restent particulièrement attentives cependant à ce que :
- la liberté pédagogique des écoles hors-contrat, qui constitue précisément une raison de leur succès, ne soit pas entravée ;
- la liberté de choix éducative des parents ne soit pas restreinte.

En effet, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme affirme que "les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants" (Art 26-3).

Pour les Associations Familiales Catholiques, la liberté de choix d'une école - qu'elle soit publique, privée sous contrat ou hors contrat, ou qu'il s'agisse d'une scolarisation à domicile - est pour les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants, un droit fondamental qui doit être facilité par l'État et non pas restreint.

Les AFC demeurent plus que jamais vigilantes contre toute atteinte à la liberté scolaire des familles.

Participer aux Etats généraux de la bioéthique : pourquoi et comment ?

publié le par Contact AFC

« Pourquoi des Etats généraux ?
L’actuelle loi de bioéthique date de 2011 et elle prévoit – entre autres choses, bien sûr ! - la révision de la loi dans les sept ans et l’organisation par le Comité Consultatif National d’Ethique d’Etats généraux de la bioéthique en amont de cette révision. Ainsi une période de débat public s’ouvre-t-elle aujourd’hui et les résultats de ce débat auront pour objectif d’éclairer les acteurs politiques qui porteront la révision de la loi à la fin de l’année 2018.
Ce débat n’a pas vocation à être un débat d’experts : il est, aussi, le vôtre. Et parce que chaque pensée est singulière, je vous invite toutes et tous à participer à ce moment essentiel de notre démocratie. » Jean-François Delfraissy, Président du Comité Consultatif National d’Ethique

Pour que les Etats généraux reflètent l'ensemble des opinions, parce que nous y avons un rôle important à jouer, il est essentiel pour chacun de participer, selon ses possibilités, aux Etats généraux de la bioéthique.

 Pour être informés et sollicités dans le cadre des Etats généraux, plusieurs sites ressources s'offrent à vous :

- Le site national des Etats généraux : (lancement du site le 12 février) il proposera les actus des Etats généraux sur toutes la France ainsi qu'une plateforme en ligne pour recueillir l'avis des citoyens. Allez donner le vôtre !

- Le site de votre espace de réflexion éthique régional : ce sont ces organismes qui organisent au niveau de leur région les modalités de consultation des Etats généraux. Ces modalités peuvent donc être différentes d'une région à l'autre. Sur ces sites régionaux vous trouverez les lieux et dates des débats publics.

- Les sites Généthique et La Manif pour Tous essayent de recenser pour vous et sur un plan national l'ensemble des événements proposés dans le cadre des Etats généraux : débats citoyens, conférences, colloques... Voyez également les programmes proposés en téléchargement au bas de cet article.

- N'hésitez pas également à participer aux actions proposées par votre AFC ou la CNAFC ou à partager à votre AFC locale des propositions !

Bioéthique : les AFC veulent inscrire la dignité de l'Homme au coeur des Etats Généraux

publié le 20 janv. 2018 à 06:38 par Contact AFC

Jeudi 18 janvier 2018 se sont ouverts les Etats Généraux de la Bioéthique qui précèdent la révision des lois de bioéthique prévue début 2019.

Fortes de la densité et du maillage de leur réseau, les AFC y seront actives tant au niveau national qu’au niveau local, notamment en prenant part aux débats organisés dans le cadre des consultations préalables à la révision des lois de bioéthique.

Elles ont d’ores et déjà rencontré le 11 janvier dernier le Sénateur Gérard Longuet, président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.

Les AFC appellent leurs 30 000 familles adhérentes à s’engager dans les débats locaux, notamment au sein des espaces de réflexion éthique régionaux, et à prendre part à la consultation en ligne.

Les AFC ont toujours été très impliquées dans les questions de bioéthique, très liées à la famille, et auprès des acteurs du monde de la santé.

En vertu de l’agrément santé de la Confédération Nationale des AFC, elles s’investissent sur le terrain auprès des patients en missionnant de nombreux représentants des usagers. Au niveau régional ou local, ces derniers participent activement au suivi de la politique de santé, font entendre la voix des usagers, veillent au respect de leurs droits et à la qualité des soins et, plus généralement, à la bonne organisation du système de santé.

Au-delà des nombreux thèmes retenus pour les États généraux de bioéthique en 2018 (procréatique – PMA et GPA, robotique, intelligence artificielle, génétique et génomique, dons et transplantations d’organes, fin de vie...), les AFC rappelleront la dignité inconditionnelle de l’Homme, de sa conception jusqu’à sa mort naturelle. Cela implique de la défendre contre le tri, la marchandisation du corps, la mise au rebut des humains... en posant des limites à l’intervention technique sur le vivant.

Les AFC prendront toute leur part, dans chaque région et au niveau national, pour porter cette conviction.

L'avortement reste un drame fondamental - Marche pour la Vie 2018

publié le 20 janv. 2018 à 06:34 par Contact AFC

Le 21 janvier prochain, 43 ans après le vote de la Loi Veil, les AFC appellent à rejoindre la Marche pour la Vie pour appeler au respect de toute vie humaine et redire que l’avortement reste un drame pour notre pays et qu’une autre politique de santé publique pourrait être développée.

Il y a eu officiellement, en 2016, 211.900 avortements (DREES, Etudes & Résultats, juin 2017, n°1013), soit une IVG pour 4 naissances vivantes. Une grossesse sur cinq s’est donc terminée par un avortement en France.

Peut-on se satisfaire de ces chiffres, stables depuis 15 ans,  alors que l’IVG est en baisse chez nos voisins allemands qui recourent 2 fois moins à l’avortement que nous le faisons? Comment l’expliquer alors que la couverture contraceptive des femmes françaises est l’une des plus importantes au monde* ?  N’y a-t-il pas là un échec massif d’une politique de santé publique monolithique ?

Le rapport de l’IGAS de 2009 reconnaissait déjà que « la diffusion massive de la contraception n’a pas fait reculer le nombre des IVG ». Quels réajustements ont-ils été entrepris depuis 9 ans par les ministres de la santé successifs pour adapter notre politique de santé reproductive à nos besoins?

Les AFC rappellent que des mesures concrètes peuvent être développées à l’intérieur du cadre législatif actuel :
-    L’éducation affective et sexuelle doit être développée tout au long de la scolarité, en application de la loi de 2003, en lien avec les parents. Les associations qui y contribuent doivent être soutenues.
-    Les populations à risque de recourir à l’IVG sont à identifier, afin de lutter contre les facteurs de risque (décrochage scolaire, précarité, mal logement …)
-    La politique familiale doit permettre à chaque foyer d’accueillir et d’élever le nombre d’enfants qu’il désire (allocations, gardes, fiscalité allégée…)
-    Les couples qui le souhaitent doivent bénéficier d’un accompagnement et de soutien (préparation au mariage civil, conseil conjugal…)

Mieux accueillir l’enfant à naître est une priorité qui nous oblige à une prise de conscience et à un engagement courageux. Les AFC sont disponibles pour y contribuer et le rediront le 21 janvier prochain en participant à la Marche pour la Vie.

* 66% des femmes qui ont recours à l’IVG ont un moyen contraceptif. Rapport IGAS 2009

Contre le harcèlement, développer l'éducation affective et sexuelle

publié le 21 déc. 2017 à 09:09 par Contact AFC

Depuis plusieurs semaines, à la suite du scandale de la révélation des agressions sexuelles commises par un producteur américain, des campagnes de dénonciation se sont succédées sur les réseaux sociaux. Cela témoigne du comportement inadmissible de certains hommes et de l’impunité dont ils ont pu bénéficier. La libération de la parole ne peut cependant pas se confondre avec la dénonciation nominative publique.Pour les Associations Familiales Catholiques, l’indignation ni même l’évolution législative ne suffisent devant la banalisation de ce type de comportements prédateurs fortement encouragés par l’intense diffusion de la pornographie qui occupe aujourd’hui un tiers du continent numérique *.

Aussi, les AFC appellent les pouvoirs publics à une prise de conscience pour :

1) développer une véritable éducation affective, relationnelle et sexuelle qui ne soit pas simplement technique et médicale mais qui invite à un égal respect de l’homme et de la femme, à une meilleure connaissance mutuelle, au respect de leurs différences et du corps de l’autre qui n’est pas un objet

2) lutter de manière efficace contre la pornographie en développant des dispositifs qui en réduisent l’accès sur internet, en particulier à destination des mineurs

3) et dans ce but, éclairer les parents et les éducateurs sur la gravité du problème, sur leur responsabilité et les encourager à brider les accès en direction des sites pornographiques des écrans auxquels les enfants peuvent avoir accès

Ces mesures de moyen terme sont seules susceptibles de faire évoluer en profondeur l’hypersexualisation de notre société occidentale qui touche aujourd’hui les limites de sa volonté de « jouir sans entrave ».

Les AFC ont développé depuis 3 ans des webséries ** d’éducation affective et sexuelle pour les jeunes de 7 à 20 ans. Elles sont disponibles pour contribuer par leur expertise à toute réflexion initiée sur ce sujet.

* Article sur le site de numerama.com
** Pour une véritable éducation affective, relationnelle et sexuelle : http://www.afc-france.org/webserie/s/manon-alex-3

Révision des lois de bioéthique : quelle place pour les AFC dans le débat ?

publié le 21 déc. 2017 à 09:06 par Contact AFC

En 2009, la Confédération Nationale des AFC décidait de s’investir dans les Etats généraux de la bioéthique et invitait les AFC et leurs adhérents à faire de même (voir l'article de 2009 )
Le réseau avait alors : tenu informé les familles sur les forums citoyens afin qu’elles y participent, lancé des enquêtes auprès de familles adhérentes, proposé des pistes et des supports pour approfondir sa connaissance et sa réflexion sur les sujets abordés et rendu compte des différentes étapes de cette réflexion nationale.
Depuis, nous n’avons eu de cesse d’affirmer la position des AFC sur les sujets bioéthiques qui touchent la famille et d’informer et de former nos adhérents sur ces problématiques.

L’année 2018 va voir la révision de ces lois

C’est le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) qui a la charge d’organiser ces nouveaux Etats généraux au premier semestre 2018 pour une rédaction des textes à l’automne et une adoption début 2019. Voir l’article de la Croix.
Les enjeux sont forts : les Etats généraux devraient porter non seulement sur l'extension de la PMA aux couples lesbiens et aux femmes seules ainsi que sur d’autres sujets tout aussi importants : intelligence artificielle, séquençage du génome, fin de vie...

Etre attentif aux consultations régionales

Une attention redoublée du réseau nous a permis de prendre connaissance de la première consultation régionale lancée par l’espace de réflexion éthique d’Ile de France, par le biais d’un formulaire en ligne. En effet, les modalités de consultation sont laissées à l’initiative de chaque espace éthique régional.Les AFC sont donc invitées à se concerter pour prendre contact avec leur espace éthique régional et demander à participer aux consultations si elles n’y ont pas été déjà associées.

Nous devrions avoir plus de visibilité sur la deuxième phase, nationale celle-là, qui aura lieu plus tard dans l'année 2018. Mais pour l'heure, n'hésitez pas à transmettre à votre AFC toute action dont vous auriez connaissance dans votre région.

En tant qu’AFC, nous avons non seulement une parole forte à dire, mais aussi toute notre place à prendre !
Et dans ce processus, autant que nos convictions, la densité de notre réseau national est une force.

Websérie Manon, Alex et les autres - Le cours de la vie 3

publié le 26 oct. 2017 à 15:49 par Contact AFC

Une nouvelle web-série des AFC sur l’amour et la sexualité pour les jeunes de 16 à 20 ans

A la suite des deux premières web-séries, « Lucas et Léa » pour les parents et leurs enfants de 7 à 11 ans, puis « Hugo et Lucie » destinée aux collégiens, les AFC, en partenariat avec le Cler Amour et famille, TeenSTAR et les Scouts Unitaires de France lancent une troisième saison pour parler d'amour et de sexualité aux jeunes de 16 à 20 ans.

A travers 7 vidéos, cette web série s’adresse aux jeunes confrontés à des interrogations durant cette période particulière au cours de laquelle ils doutent de pouvoir rencontrer un jour celui ou celle qui pourrait combler leur désir d’aimer et d’être aimé.

Elle sera aussi utile aux parents et aux éducateurs pour comprendre et dialoguer avec les jeunes.

Manon, Alex et leur bande, étudiants, sont amoureux, vivent des échecs, attendent, se sentent seuls, désirent, espèrent...

De nombreuses questions se posent alors dans cette période qui précède « la » rencontre : Que faire des échecs que j’ai vécus ? Comment apprivoiser le sentiment aigu de solitude et comprendre quel est son sens positif ? Comment creuser en moi l’intériorité pour être apte à faire une vraie rencontre ? Comment rester attentif à toutes les rencontres sans m’enfermer trop vite dans une relation à deux ? Que faire de la sexualité ? Est-ce : « Tu me consommes, je te consomme » ou a-t-elle un sens ? Que faire de tous ces désirs qui m’agitent et comment les ordonner pour être heureux ?

Ce sont toutes ces thématiques que la web-série Manon, Alex et les autres tente d’éclairer pour susciter la réflexion et la discussion.

Conçue par des éducateurs à la vie, des conseillères conjugales et familiales, un médecin, cette web-série veut offrir des repères positifs aux jeunes pour les accompagner dans leur construction affective et relationnelle.

Voir la web-série

Les chiffres de la famille

publié le 26 oct. 2017 à 15:48 par Contact AFC

Nombre de familles, différence de niveau de vie entre couples avec et sans enfants, situation familiale selon les âges, naissances, nombre idéal d’enfants, besoin non satisfait en modes de garde de la petite enfance... L’UNAF met en ligne l’édition 2017 des « chiffres clefs de la famille ».

Des chiffres pour agir au service des familles

« Cette édition 2017 des « chiffres clefs de la famille » fait état de la poursuite de la plus forte baisse des naissances et de la fécondité en vingt ans, alors que le désir d’enfant, le souhait de fonder une famille et de l’agrandir, restent intenses.
Il faut redonner confiance aux familles par une relance de la politique familiale. Afin que chaque famille compte dans les décisions qui la concernent en ce début de législature, il est plus que jamais nécessaire de mieux connaître et faire connaître les réalités familiales. Ces chiffres se veulent donc autant de balises pour les militants familiaux et les pouvoirs publics. Certains sont connus, d’autres remettent en cause, ou en perspective, des idées reçues.
Tous doivent inviter à l’action au service des familles. »
Marie-Andrée BLANC, Présidente de l’UNAF

Quelques chiffres à retenir  :

1,925
C’est le nombre moyen d’enfants par femme en France en 2016
Ce nombre subit sa plus forte baisse sur 2 ans depuis la récession de 1993

2,39
C’est le nombre idéal d’enfants souhaité en France

Sachez aussi que 75,2% des 13,7 millions d’enfants mineurs vivent en permanence avec leurs deux parents.
18 % vivent avec un seul parent
7% vivent avec un parent et un beau parent


Découvrir les chiffres sur le site de l'UNAF

Politique familiale : le matraquage continue !

publié le 1 oct. 2017 à 08:46 par Contact AFC

Le projet de loi de financement de la Sécurité de sociale pour 2018 présenté hier par Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, prévoit un nouveau coup de rabot sur la politique familiale.

Il réduit les montants des prestations et remonte aussi les seuils, excluant toujours plus de familles des prestations familiales.


M. Olivier Véran, député de l’Isère et rapporteur général de la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, remet même en cause l’universalité des allocations familiales, déjà malmenée par la récente mise sous condition de ressources.
Alors que la branche « famille » de la Sécurité Sociale est excédentaire, il est injuste de continuer à matraquer les familles !


Alors que le taux de fécondité diminue encore en 2016, à 1,93 enfants par femme (INSEE, août 2017), on constate une nouvelle fois le lien fort entre le manque d’ambition de la politique familiale et la démographie française !

Alors que le nombre idéal d’enfants souhaités s’établit à  2,39 (UNAF, février 2017), on constate que les Français n’ont pas autant d’enfants qu’ils le désirent !


La politique familiale exprime la solidarité par laquelle les familles sans enfant s’associent à l’effort consenti par les familles qui accueillent des enfants.


Ce n’est pas en prenant en otage des familles contre d’autres que l’on améliorera la situation des familles monoparentales. Rappelons à ce titre - pour prendre des analyses de terrain (UDAF 77 Observatoires de familles) - que « la rupture conjugale après une période de vie commune (mariage ou vie maritale) concernait 73,7 % des familles monoparentales en 2005 (soit 24.055 familles sur 32.658) avec une progression de 27 % en cinq ans…


Ce gouvernement reste dans la même ligne que les précédents qui ont considérablement dégradé la vie des familles : abaissement par deux fois du plafond du quotient familial ; mise sous conditions de ressources des allocations familiales, imposition de la majoration de retraite dont bénéficient les retraités ayant élevé au moins 3 enfants ; abaissement des seuils de ressources pour bénéficier de la Prestation d’accueil de jeune enfant et réduction de son montant ; recul de la date de versement de la prime de naissance ; diminution de la durée du congé parental… 


Par cette approche il a été demandé 4 milliards d’efforts annuels aux seules familles avec enfants !


Les AFC s’indignent de cet acharnement manifeste de nos gouvernants à pénaliser les familles, qui demeurent pourtant l’un des meilleurs lieux d’investissement pour l’avenir de notre pays.

Colloque Femme et foyer : le bon choix au bon moment - 14 octobre 2017

publié le 28 sept. 2017 à 04:58 par Contact AFC

S’il n’est pas possible de tout faire en même temps et de trouver le temps suffisant pour bien remplir ses responsabilités en famille et au travail, pourquoi ne pas se poser la question et choisir en couple, d’assumer pour un temps et à plein temps, le bonheur et la charge d’épouse et de mère au foyer.

Plus de deux millions de femmes en France, entre 20 et 59 ans, s’occupent à plein temps de leur famille.

La plupart ont travaillé et envisagent de (re)travailler, partagent une vision égalitaire et moderne du couple, aspirent à une vie plus équilibrée et respectueuse de leurs besoins.

Cette nouvelle génération de femmes bouscule les stéréotypes, s’affranchit des modèles. Elle revendique tout, mais pas nécessairement tout en même temps. Elle veut pouvoir choisir, successivement et bien.

Pourtant, ces femmes en font l’expérience (douloureuse parfois) : leur vie hors du monde des « actifs » les rend transparentes, invisibles ! Elles souffrent de n’être ni reconnues ni valorisées dans leur activité. Elles font « une pause », s’offrent « une parenthèse », dit-on souvent. Ces expressions en disent long. Quant au terme « foyer », il hérisse, ringardise, fait fuir... mais il n’en existe pas d’autre pour désigner ce lieu, ce milieu où des femmes s’activent et ne perdent rien de leur intelligence ni de leurs multiples compétences.

Et s’il était temps de changer de point de vue, de combattre les idées reçues, les caricatures ? S’il était temps de réconcilier les femmes entre elles et les femmes avec elles-mêmes, de les reconnaître dans toutes leurs richesses, leurs différences et de ne plus laisser des millions de femmes se sentir marginalisées en valorisant, aussi, l’important travail qu’elles accomplissent ?

A travers interventions et débats, ce premier colloque national sur les femmes actives et foyer abordera ce grand défi des femmes d’aujourd’hui, sans tabou ni parti-pris, sous trois angles essentiels.

« Le défi des femmes aujourd’hui. Femme et foyer, le bon choix au bon moment. »

Samedi 14 octobre 2017 à Paris
A l’amphi Foch de l’Ecole Militaire
De 8h30 à 17h30

Intervenants : François-Xavier Bellamy, Fabrice Hadjadj, Laetitia Pouliquen, Hélène Bonhomme et bien d'autres...
Renseignements et inscriptions sur  : ledefidesfemmesaujourdhui.com

1-10 of 111