Communiqués de presse


Politique familiale : le matraquage continue !

publié le 1 oct. 2017 à 08:46 par Contact AFC

Le projet de loi de financement de la Sécurité de sociale pour 2018 présenté hier par Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, prévoit un nouveau coup de rabot sur la politique familiale.

Il réduit les montants des prestations et remonte aussi les seuils, excluant toujours plus de familles des prestations familiales.


M. Olivier Véran, député de l’Isère et rapporteur général de la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, remet même en cause l’universalité des allocations familiales, déjà malmenée par la récente mise sous condition de ressources.
Alors que la branche « famille » de la Sécurité Sociale est excédentaire, il est injuste de continuer à matraquer les familles !


Alors que le taux de fécondité diminue encore en 2016, à 1,93 enfants par femme (INSEE, août 2017), on constate une nouvelle fois le lien fort entre le manque d’ambition de la politique familiale et la démographie française !

Alors que le nombre idéal d’enfants souhaités s’établit à  2,39 (UNAF, février 2017), on constate que les Français n’ont pas autant d’enfants qu’ils le désirent !


La politique familiale exprime la solidarité par laquelle les familles sans enfant s’associent à l’effort consenti par les familles qui accueillent des enfants.


Ce n’est pas en prenant en otage des familles contre d’autres que l’on améliorera la situation des familles monoparentales. Rappelons à ce titre - pour prendre des analyses de terrain (UDAF 77 Observatoires de familles) - que « la rupture conjugale après une période de vie commune (mariage ou vie maritale) concernait 73,7 % des familles monoparentales en 2005 (soit 24.055 familles sur 32.658) avec une progression de 27 % en cinq ans…


Ce gouvernement reste dans la même ligne que les précédents qui ont considérablement dégradé la vie des familles : abaissement par deux fois du plafond du quotient familial ; mise sous conditions de ressources des allocations familiales, imposition de la majoration de retraite dont bénéficient les retraités ayant élevé au moins 3 enfants ; abaissement des seuils de ressources pour bénéficier de la Prestation d’accueil de jeune enfant et réduction de son montant ; recul de la date de versement de la prime de naissance ; diminution de la durée du congé parental… 


Par cette approche il a été demandé 4 milliards d’efforts annuels aux seules familles avec enfants !


Les AFC s’indignent de cet acharnement manifeste de nos gouvernants à pénaliser les familles, qui demeurent pourtant l’un des meilleurs lieux d’investissement pour l’avenir de notre pays.

Colloque Femme et foyer : le bon choix au bon moment - 14 octobre 2017

publié le 28 sept. 2017 à 04:58 par Contact AFC

S’il n’est pas possible de tout faire en même temps et de trouver le temps suffisant pour bien remplir ses responsabilités en famille et au travail, pourquoi ne pas se poser la question et choisir en couple, d’assumer pour un temps et à plein temps, le bonheur et la charge d’épouse et de mère au foyer.

Plus de deux millions de femmes en France, entre 20 et 59 ans, s’occupent à plein temps de leur famille.

La plupart ont travaillé et envisagent de (re)travailler, partagent une vision égalitaire et moderne du couple, aspirent à une vie plus équilibrée et respectueuse de leurs besoins.

Cette nouvelle génération de femmes bouscule les stéréotypes, s’affranchit des modèles. Elle revendique tout, mais pas nécessairement tout en même temps. Elle veut pouvoir choisir, successivement et bien.

Pourtant, ces femmes en font l’expérience (douloureuse parfois) : leur vie hors du monde des « actifs » les rend transparentes, invisibles ! Elles souffrent de n’être ni reconnues ni valorisées dans leur activité. Elles font « une pause », s’offrent « une parenthèse », dit-on souvent. Ces expressions en disent long. Quant au terme « foyer », il hérisse, ringardise, fait fuir... mais il n’en existe pas d’autre pour désigner ce lieu, ce milieu où des femmes s’activent et ne perdent rien de leur intelligence ni de leurs multiples compétences.

Et s’il était temps de changer de point de vue, de combattre les idées reçues, les caricatures ? S’il était temps de réconcilier les femmes entre elles et les femmes avec elles-mêmes, de les reconnaître dans toutes leurs richesses, leurs différences et de ne plus laisser des millions de femmes se sentir marginalisées en valorisant, aussi, l’important travail qu’elles accomplissent ?

A travers interventions et débats, ce premier colloque national sur les femmes actives et foyer abordera ce grand défi des femmes d’aujourd’hui, sans tabou ni parti-pris, sous trois angles essentiels.

« Le défi des femmes aujourd’hui. Femme et foyer, le bon choix au bon moment. »

Samedi 14 octobre 2017 à Paris
A l’amphi Foch de l’Ecole Militaire
De 8h30 à 17h30

Intervenants : François-Xavier Bellamy, Fabrice Hadjadj, Laetitia Pouliquen, Hélène Bonhomme et bien d'autres...
Renseignements et inscriptions sur  : ledefidesfemmesaujourdhui.com

Le divorce n'est pas une fatalité : arrêtons la casse !

publié le 28 sept. 2017 à 04:53 par Contact AFC

66 % de divorces en plus en 40 ans : c’est le constat du naufrage du mariage en France.
Et les conséquences sont lourdes pour la société et les familles : drames familiaux, précarisation des conditions de vie, insécurité émotionnelle, coût économique lourd à porter, hausse de l’échec scolaire, 1 million d’enfants « sans domicile fixe » …

La réponse de l’Etat ?
Fin du divorce pour faute, banalisation du divorce par consentement mutuel, divorce sans juge : sur le papier, il est désormais plus facile de divorcer que de résilier un abonnement téléphonique.
La législation actuelle tend à faire du mariage un simple contrat privé dont on prévoit les modalités de fin, "le divorce", dès sa rédaction.

Face à ce constat, la majorité a déjà baissé les bras.
Le divorce n’est plus remis en question. Le couple durable est relégué aux réalités d’une autre époque. L’amour dure trois ans et les couples se font et se défont.

Nous, aux AFC, nous voulons continuer à croire à l'amour conjugal.C'est pourquoi nous avons identifié 10 mesures simples et concrètes pour construire un environnement qui aide les couples à durer. Ces mesures dépendent de nos élus et ils doivent en être alertés !

Ainsi nous vous proposons de soutenir dès aujourd'hui ces propositions en les envoyant à votre député nouvellement élu. Le grand nombre d'emails envoyés depuis la plateforme "Arrêtons la casse" les interpellera. Le taux élevé du divorce en France n'est pas une fatalité. Sa réduction est un levier pour une société pacifiée.

Nos enfants sont les citoyens de demain, leur mariage le ciment de la société de demain, ne leur laissons pas en héritage l’amour en ruine .

Education : donner confiance aux parents

publié le 8 sept. 2017 à 05:04 par Contact AFC   [ mis à jour : 8 sept. 2017 à 05:08 ]

Depuis plus de 25 ans, les Chantiers-Éducation, créés au sein des AFC, soutiennent les parents dans leur mission de premiers et de principaux éducateurs de leurs enfants.


Ouverts à tous, les « Chantiers » sont un temps d’écoute, d’échange et de partage sur les questions éducatives.


En équipe de 6 à 10, les parents se rencontrent une fois par mois pendant l'année scolaire. Les sujets sont variés : les rivalités frères-sœurs, l’articulation vie familiale-vie professionnelle, les écrans, les peurs de nos enfants, la confiance en soi, l’autonomie… Les participants y enrichissent leurs expériences quotidiennes d’éducation et développent leurs compétences à rechercher le Bien pour chaque enfant.


Aujourd’hui, plus de 600 Chantiers-Éducation font leur rentrée en France et à l’étranger. Des Chantiers-Education spécifiques se développent autour du handicap, de la précocité, ou en partenariat avec d’autres associations ou des mairies. Des Chantiers de grands-parents se multiplient.


Rejoindre un Chantier-Education est pour les parents un tremplin pour élargir ses manières d’être et de faire pour éduquer ses enfants.

NB : A Melun, trois Chantiers Education devraient reprendre cette année : n'hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressés pour y participer !

Politique familiale : des paroles et peu d'actes !

publié le 5 juil. 2017 à 07:58 par Contact AFC

Les AFC ont écouté attentivement le discours de politique générale du Premier Ministre à l'Assemblée Nationale hier.

Elles se réjouissent que le Gouvernement affirme sa considération pour la place de la famille dans la société en déclarant que les familles ne doivent pas être considérées comme de "simples variables d'ajustement fiscal" ou encore que "la baisse de la natalité de son côté, réelle depuis deux ans, doit nous alerter".

Pourtant, simultanément, elles constatent le peu de mesures concrètes destinées à conforter son rôle alors mêmes que les familles - et en particulier les familles nombreuses - ont été sévèrement matraquées pendant 4 ans par une fiscalité idéologique : baisses du plafond du quotient familial, mise sous conditions de ressources des allocations familiales… !

Les mesures améliorant le congé maternité et les solutions de garde d'enfant que proposera la Ministre des solidarités et de la santé vont dans le bon sens.
Elles demeurent néanmoins très insuffisantes pour redonner confiance aux familles et stabiliser leur environnement économique.
Insuffisantes pour rapprocher le taux de natalité du nombre d'enfants souhaité (2,4). Insuffisantes pour traduire au plan politique que "les familles sont de plus en plus diverses, mais leur rôle reste central", et qu'il  faut "aussi reconnaître et soutenir les solidarités familiales affectives et financières".

Les AFC rappellent qu'un enfant, pendant plus de vingt ans, est intégralement à la charge de sa famille qui le loge, le nourrit, l'éduque, l'instruit… Or c'est précisément cet enfant qui assurera la société de demain.

Ce Gouvernement veut rajeunir les cadres, mieux accompagner les entrepreneurs et redonner confiance à la société.

Qu'il encourage réellement la famille, premier lieu où ces ambitions devront prendre corps ! 

Extension de la PMA : le Comité d'Ethique partagé

publié le 5 juil. 2017 à 06:47 par Contact AFC

Le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) a rendu le 27 juin un avis consultatif majoritairement favorable à l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes.

Cet avis attendu depuis 2013 et toujours reporté jusqu’ici, compte tenu de la gravité des enjeux, n’a pas fait l’unanimité au sein même du Comité d’Éthique. Plusieurs sages ont émis une opinion divergente.

En 2011, le Législateur avait considéré la PMA comme une réponse possible à l’infertilité médicale, par définition non choisie et non voulue.

Les AFC estiment dangereux de modifier cet équilibre, pour répondre aux pressions de lobbies qui militent pour un « droit à l’enfant ».Des techniques médicales destinées à soigner des pathologies se trouveraient ainsi utilisées pour créer artificiellement une fertilité de convenance.

Les AFC ne peuvent pas non plus admettre les conséquences d’une éventuelle généralisation de la PMA. Celle-ci déboucherait inévitablement sur l’autorisation de la GPA, négation de la dignité de la femme, de la maternité et du droit des enfants à connaître leur père et leur mère.

Ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, c’est délibérément priver de père un enfant, alors même que de plus en plus de professionnels de l’enfance (pédopsychiatres, services d’adoption...) soulignent l’importance de la place du père et de l’accès aux origines dans la construction de l’enfant.

Les AFC attendent du Président de la République qu’il ne rouvre pas des débats de société qui ont contribué à la division du pays, à l’heure où toutes les énergies doivent être mobilisées vers la réconciliation, l’amélioration du sort des plus défavorisés et le bien commun.

Réussir l'amour

publié le 15 juin 2017 à 07:57 par Contact AFC

Les sites pour trouver l’amour sont monnaie courante, comme si être en couple était une finalité en soi. Mais qu’en est-il une fois que nous l’avons trouvé ? Doit-on immédiatement cesser tous nos efforts ? C’est l’erreur que font de nombreux couples : sous prétexte que nous sommes amoureux, on pense à tort que notre relation va d’elle-même et qu’on peut se reposer une fois l’étape de séduction passée.

« Exercice à faire pour retrouver le plaisir d’être ensemble », « Nous ne faisons plus l’amour », « Quand la séduction nous conduit à l’infidélité », « Faire un enfant pour reconstruire son couple ? », « J’ai l’impression que l’avis de sa mère compte plus que le mien »...

Afin d’encourager les couples qui vont bien, d’aider ceux qui vont moins bien, ceux qui ont peur de s’engager, ceux que l’histoire a blessés, mais aussi pour envoyer des messages positifs sur la famille, les AFC ont décidé de parrainer un site au service du couple.

Reussirlamour a ouvert le 14 février, date symbolique pour tous les amoureux, avec pour objectif d’aider les couples à retrouver la joie d’être deux. Le site ne se limite pas à l’identité du couple, mais prend tout autant en compte l’individualité de la personne au sein de celui-ci, ainsi que la famille.

Il propose des conseils d’experts, mais également des témoignages (écrits, audio et vidéo) afin de transmettre une valeur positive du couple. Et ça fait du bien !
Reussirlamour nous montre qu’il est possible de continuer à s’aimer bien au-delà de cette fameuse période des « trois ans », à condition de comprendre le langage amoureux.

Les AFC au Vatican : 20ème anniversaire de la FAFCE

publié le 15 juin 2017 à 07:53 par Contact AFC

Les membres de la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe – la FAFCE – étaient rassemblés à Rome pendant trois jours début juin pour fêter le 20ème anniversaire de la FAFCE. Plus de 20 pays membres étaient présents !

Le point d'orgue est une audience privée avec Sa Sainteté le Pape François ce jeudi 1er juin, journée internationale des parents ainsi qu'un colloque dans les locaux de l'Ambassade de France à Rome sur le thème «Les familles et l'avenir de l'Europe ».

Extrait du discours du Pape François (à retrouver en intégralité sur le site zenit.org) :
« Vingt années sont peu pour tracer un bilan, mais c’est certainement un temps propice pour remercier le Seigneur pour la vitalité et l’enthousiasme du travail que vous effectuez dans votre engagement quotidien. Cette réalité associative, « jeune » dans son esprit et dans son histoire, est appelée à en contaminer d’autres dans le service des familles, pour que l’Europe continue d’avoir la famille comme son plus précieux trésor. L’image du « trésor » a été présente dans la rencontre d’hier qui vous a réunis à Rome, familles de nombreux pays d’Europe. C’est une image qui reflète très bien l’estime que nous devons tous avoir pour la famille. En effet, les familles ne sont pas des pièces de musée mais, à travers elles, se concrétise le don, dans l’engagement mutuel et dans l’ouverture généreuse aux enfants, comme dans le service de la société. Ainsi, les familles sont comme le levain qui aide à faire croître un monde plus humain, plus fraternel, où personne ne se sente refusé ni abandonné. »

En 2017, lançons des Etats Généraux de l'Education !

publié le 24 mai 2017 à 06:02 par Contact AFC   [ mis à jour : 24 mai 2017 à 06:04 ]

A l’initiative de Vers Le Haut, think tank dédié aux jeunes et à l’éducation, 28 organismes, dont les AFC, ont interpelé les candidats à la présidentielle pour leur demander d’organiser des États Généraux de l’Éducation en cas de victoire en mai 2017.

Ces États Généraux de l’Éducation permettront de définir une feuille de route des réformes éducatives à entreprendre pour la prochaine décennie.

« Il grand temps de sortir des carcans idéologiques, des pesanteurs institutionnelles, du poids des habitudes pour relancer tous ensemble un pacte éducatif », déclare Marc Vannesson, délégué général de Vers le Haut.

Le think tank propose d’associer à cette démarche pour la première fois ensemble, État, collectivités locales, mouvements de jeunesse et associations familiales, acteurs de l’éducation, syndicats de salariés et représentants des entreprises, non pas pour une énième concertation, mais pour prendre les décisions indispensables face à l’urgence éducative.

Retrouvez 12 propositions du think tank. Ces propositions s’inspirent d’initiatives de terrain qui font déjà leurs preuves, elles ont été élaborées grâce à l’implication d’acteurs de l’éducation, d’experts, de jeunes et de familles, dont le travail des  AFC sur l'école et l'éducation.

Les 28 acteurs engagés en faveur de la jeunesse appellent les candidats à faire de l’Éducation une priorité du prochain quinquennat.

versLeHaut soutien

Apprentis d'Auteuil, L’Armée du Salut, AFC - Associations familiales Catholiques, Associations familiales protestantes, Bayard, Cercle Ecole et Société, Coexister, Comité Mondial pour les Apprentissages tout au long de la vie, Collège des Bernardins, Don Bosco Action Sociale, Enquête, Entreprendre pour Apprendre, Fédération des écoles de la transition éducative, Fédération nationale des Ecoles de production, FERS – Donner des ailes à nos enfants, Fondation Potentiels et Talents, Institut Télémaque, Parents Professeurs Ensemble, Printemps de l'éducation, Scouts et Guides de France, Scouts musulmans de France, Secours Catholique, SOS Village d'Enfants, Sport dans la Ville, Syndicat Général des Lycéens, UNAF, UNCLLAJ (Union Nationale des Comités Locaux pour le Logement Autonome des Jeunes), 100 000 entrepreneurs.

En route vers les législatives !

publié le 24 mai 2017 à 06:00 par Contact AFC

1 président de la République, 577 députés !

Cette campagne présidentielle mouvementée s’est achevée le 7 mai dernier avec l’élection de M. Emmanuel Macron. Le programme du nouveau président dans les domaines de la politique familiale, de l’éducation, du droit de la famille, de la bioéthique… apparaît trop souvent ambigu ou dans la continuité du quinquennat qui s’achève.

Les enjeux sont d’autant plus grands aujourd’hui pour les élections législatives des 11 et 18 juin. Cette période inédite, où les contours d’une majorité parlementaire semblent difficiles à cerner, offre maintenant une occasion formidable pour chaque AFC de poursuivre l’action en interpellant et en rencontrant les candidats de sa circonscription. Les hommes politiques à venir doivent prendre ou reprendre conscience que les familles sont le socle sur lequel l’avenir humain et économique d’un pays peut se bâtir, de manière pérenne et même prospère.

Quand la famille va bien, la nation entière se porte mieux.

Les AFC se sont engagées dans la campagne présidentielle et poursuivent leur mobilisation en vue des élections législatives : elles seront en conséquence particulièrement vigilantes sur ces domaines qui concernent au premier chef les familles et solliciteront en ce sens les candidats aux prochaines élections législatives pour les sensibiliser sur les enjeux de tous ces thèmes pour la société française.  

Elles ont montré quels étaient les choix politiques de chacun des candidats, notamment ceux qui impacteront directement les familles, pour informer les électeurs avant leur vote. Aujourd’hui, dans toute la France, des membres des AFC n’hésitent pas à rencontrer les candidats aux élections législatives pour leur faire part du poids que représentent les familles en France et leur présenter leurs propositions en matière de politique familiale.

Les Associations Familiales Catholiques constituent un véritable corps intermédiaire émaillant le territoire, qui fait le lien entre les élus et les citoyens. Le rôle de conseil de ces dernières est important, et les AFC informent les élus en matière de politique familiale et sont force de proposition pour que les besoins des familles soient mieux pris en compte dans leur politique locale. Plus que jamais les AFC se mobiliseront pour porter la voix des familles auprès des candidats et des élus !

1-10 of 103