23 mai 2011 : La bioéthique à l’Assemblée : un vote attendu

publié le 23 mai 2011 à 11:27 par Contact AFC

Les députés vont débattre, en seconde lecture, du projet de loi relatif à la bioéthique.

Pour la CNAFC, ce vote doit absolument conduire à revenir sur les évolutions inacceptables votées par le Sénat et par la Commission spéciale de l'Assemblée nationale.

Elle compte, en particulier, sur les députés pour :
- revenir à l’interdiction de la recherche sur l’embryon : le principe d’interdiction rappelle que l’embryon est un être humain. Ce n’est pas un matériau de laboratoire, mais une vie humaine déjà commencée,
- revenir à l’AMP réservée aux couples homme-femme, mariés ou ayant une vie commune d’au moins deux ans et dont l’infertilité a été médicalement prouvée,
- assouplir le dispositif du diagnostic prénatal en prévoyant que les tests ne seront proposés que si les conditions médicales l’exigent,
- ne pas autoriser le don de gamètes par des hommes ou des femmes n’ayant jamais procréé. Le don de gamètes est une mauvaise réponse à la souffrance des couples infertiles. Il ne faut donc en aucun cas aggraver ce dispositif en faisant sauter tous les garde-fous du cadre fixé en 2004,
- interdire le transfert post-mortem, pour éviter que la demande de veufs n’ouvre la porte à la gestation pour autrui,
- limiter la production d'embryon aux seuls embryons réimplantés dans l'utérus maternel et, ainsi, ne pas créer d'embryons surnuméraires.

Chacun de ces points rappelle, avec force, que les débats sur la bioéthique ne sont pas d’abord de nature technique, mais qu’il s’agit de questions éminemment politiques. On ne comprendrait pas qu’elles ne mobilisent pas chaque député.
 
Contact presse
01 48 78 81 61
presse@afc-france.org
Comments