23 mars 2010 Gestation pour autrui : des conséquences impossibles à gérer

publié le 23 mars 2010 à 12:52 par Contact AFC

Gestation pour autrui : des conséquences impossibles à gérer

La Cour d'appel de Paris a confirmé une décision reconnaissant le statut de " parents " à un couple ayant eu recours à l'étranger à une mère porteuse, sans pour autant autoriser l'inscription à l'état civil des actes de naissance des enfants concernés.

Alors que la révision de la loi de bioéthique va entrer dans sa phase législative, cette décision invite à nouveau à s'interroger. La pratique des mères porteuses est-elle, comme certains l'affirment, sans conséquences pour l'ensemble des parties prenantes, y compris pour les mères porteuses ?

Pour la CNAFC, le consentement démontre ici ses limites. La force du lien qui s'établit entre l'enfant et celle qui le porte est largement constatée. Qu'adviendra-t-il alors si cette force resurgit chez la mère ou plus tard chez l'enfant ? Quelle sera la place de cette femme dans la famille ? Comment gérer dans le temps les conséquences de tels actes ?

La CNAFC demande ainsi :

- le maintien en l'état de la législation française en matière de gestation pour autrui,

- qu'un effort important soit fait en matière d'éducation afin de développer une véritable éducation à l'amour pour que les liens entre fécondité génétique, affectivité et sexualité apparaissent clairement.

 

Contact presse
01 48 78 81 61
presse@afc-france.org

 

Comments