Initiative choquante en faveur de l'euthanasie à l'Assemblée nationale

publié le 14 avr. 2021, 08:13 par Contact AFC
Logo_federation77_vertical.png

 

8 avril 2021

Contact presse :

Hubert Fabre

06 72 81 85 29

contact@afc-melun.org

 

Les Associations Familiales Catholiques (AFC) sont un cadre d’engagement et d’entraide offert à tous ceux qui veulent agir dans la cité au service de la famille à la lumière de l’enseignement de l’Eglise Catholique. Elles représentent 30 000 familles 

Pour en savoir plus :

 www.afc-france.org

www.afc-melun.org

 

 

 

AFC de Melun et sa région

56 rue Dajot

77000 Melun

Tel : 06 72 81 85 29

Email : contact@afc-melun.org

www.afc-melun.org

RNA : W772000882

 

Communiqué de presse

 

Alors que nos soignants se battent pour sauver des vies,

des députés prennent une

initiative choquante en faveur de l'euthanasie

 

 

 

Profitant d’une niche parlementaire, un groupe de députés a déposé un projet de loi en faveur de l’euthanasie, sous couvert d’un droit à une fin de vie « libre et choisie ». Ce projet qui prévoit d’autoriser le recours à une « assistance médicalisée pour terminer sa vie » en cas d’affection « grave et incurable » et infligeant au patient « une souffrance physique ou psychique jugée insupportable et qui ne peut être apaisée » est débattu ce jeudi 8 avril en séance publique à l’Assemblée nationale.

Ce projet joue sur les peurs engendrées par la fin de vie et la méconnaissance des bienfaits d’une culture palliative. Les Associations Familiales Catholiques de Seine-et-Marne refusent l’impasse ainsi proposée entre souffrir ou mourir et se mobilisent pour rappeler aux parlementaires que les véritables souhaits des Français ne sont pas ceux de quelques députés progressistes. 

En 2016, la loi Claeys Leonetti, bien qu’imparfaite, avait posé un cadre pour la fin de vie entre le refus de l’acharnement thérapeutique et la mise en oeuvre de l’euthanasie : ni obstination déraisonnable, ni euthanasie. Les Français restent toujours attachés à cet esprit.

Plus que la levée de l’interdit de tuer - qui saperait la confiance soignants-soignés - c’est l’allègement des douleurs physiques et morales et l’accompagnement des personnes en fin de vie à travers le développement des soins palliatifs que les Français plébiscitent et qui doit constituer une priorité nationale. Or il y a aujourd’hui de très fortes inégalités dans l’accès à ces soins. Les moyens doivent d’abord être mis là ainsi que sur la reconstruction de notre système de santé.

Des pays ont déjà légalisé l’euthanasie: Belgique, Pays-Bas, Suisse, Luxembourg, Canada… Une fois cet interdit levé, la législation dérive immanquablement vers une injonction de mourir et le nombre d’euthanasies augmente régulièrement. Est-ce cela que nous souhaitons en France ?

Il est indécent de promouvoir l’euthanasie alors que des centaines de milliers de Français, soignés ou soignants, se battent en ce moment même contre la maladie. Beaucoup de personnes sont mortes seules pendant cette crise du Covid. Allons nous seulement proposer l’euthanasie comme réponse à ce drame ? Cela serait indigne. Le moment est plus que jamais à prendre soin les un des autres, à accompagner chacun, à soulager la douleur et non à tuer !





Comments