Loi bioéthique : intervention de Bertrand et Gaëlle Lionel-Marie à la CEF le 16 septembre

publié le 4 oct. 2019 à 06:01 par Contact AFC   [ mis à jour : 4 oct. 2019 à 06:05 ]
Lundi 16 septembre, la Conférence des évêques de France (CEF) a pris la parole et livré les positions de l'Eglise Catholique sur la bioéthique, égrenant une à une toutes les raisons pour lesquelles cette loi serait égoïste et injuste. " Ferons-nous le choix collectif de respecter - chacun petits et grands - en raison de son inaltérable dignité, […] pour que s'édifie sans cesse une authentique " fraternité " ? Ou bien laisserons nous les plus forts dominer, en raison d'un usage désordonné des techniques "*.

Bertrand et Gaëlle Lionel-Marie, responsables bioéthique des Associations Familiales Catholiques, appelés à témoigner au cours de cette soirée (début de l'intervention à 1h06), ont interpellé l'assistance " Que répondrons-nous quand, au soir de la vie, Dieu nous demandera : qu'as-tu fait de ton frère, du plus petit et du plus fragile d'entre les miens, du petit d'homme ". Ils l'ont invitée à marcher le dimanche 6 octobre pour " défendre une société à hauteur d'Homme, pour promouvoir un monde meilleur et pas le meilleur des mondes ".

Mgr Eric de Moulins Beaufort, président de la Conférence des Evêques de France, a conclu la soirée en partageant l'inquiétude des évêques sur l'extension de la PMA à la GPA, à l'eugénisme libéral, à l'enfant-médicament, la filiation sans père. A l'issue de la conférence, il a déclaré à la presse qu'il ne voyait pas " comment nous pourrions empêcher des citoyens, catholiques ou non, inquiets de ce projet de loi, de manifester s'ils pensent que c'est un moyen utile pour se faire entendre ". 

Fortes de l'appui de l'Eglise de France, les Associations Familiales Catholiques de toute la France se mobilisent, avec de nombreuses autres associations, pour organiser le déplacement de milliers de personnes vers Paris le dimanche 6 octobre.

Le texte du témoignage de Bertrand et Gaëlle Lionel-Marie est téléchargeable ici.

Comments